L’Angola soulève sa première couronne

Il y avait du beau monde dans les travées du stade St François-Xavier. L’enceinte portlouisienne accueillait la finale opposant l’Afrique du Sud à l’Angola. Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF) et Danny Jordaan étaient parmi les spectateurs de cette finale qui a vu l’Angola triomphé assez facilement, s’offrant au passage un premier titre dans la COSAFA U17.

Les Angolais  l’ont emporté sur le score de 1-0 grâce à une unique réalisation d’Osvaldo Capemba à la 5eminute. Le milieu offensif des Palencas Negras inscrivait au passage son quatrième but de la compétition.

Dès lors, les Angolais faisaient étalage de leur palette technique et maitrisaient quasiment tous les compartiments de jeu. Les incursions destructrices de Zito Luvumbo apportaient à chaque fois un vent de panique dans le clan des Amajimbos.

Jonas, Nare ou encore Buthelezi essayaient tant bien que mal d’apporter le danger tout en espérant permettre à leur sélection de recoller au score. Mais toutes leurs tentatives furent annihilées par la défense Rouge et Noir. Si ce n’était pas les partenaires de José Cabingano qui faisait le travail, c’est Geovani Carvalho, le gardien des Angolais, qui se chargeait lui-même de rassurer sa défense.

A mesure que s’égrainait les minutes, il fallait se rendre à l’évidence que l’Angola était un cran au-dessus et n’avait aucune intention de laisser filer ce premier titre chez les moins de 17 ans. Outre cette belle victoire, les Angolais disputeront également la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17ans l’an prochain en Tanzanie et représenteront à n’en point douter dignement les couleurs de la COSAFA.

La Namibie se console avec le bronze

La Namibie a idéalement démarré la rencontre en ouvrant le score dès la 7eminute. Prins Tjiueza, atout offensif numéro un des Namibiens a parfaite exploité un service de Penouua Kandjii pour inscrire son sixième but de la compétition.

Cette ouverture du score précoce a eu pour effet de galvaniser les troupes de Paulh Mallembu qui dès lors, se sentaient pousser des ailes. Ils se lançaient à l’assaut des cages gardés par Loïc Michel. Ce dernier a d’ailleurs failli prendre le but du chaos à la 9eminute après une erreur de la défense quadricolores mais Ronaldo Kamatuka dévissait trop sa frappe, laissant un moment de répit aux Mauriciens.

L’hôte de la compétition allait progressivement monter en puissance, multipliant notamment les incursions dans le camp adverse. Il sera finalement récompensé à la 38eminute avec la reprise de volley de Jeremy Kawoa qui convertissait parfaite un centre de Donovan Gentil. Kawoa qui sortait d’une blessure avait fait son apparition sur la pelouse quelques minutes auparavant en remplacement de Miguel Christome.

A un but partout, les Mauriciens continuaient à pousser, conscient qu’il y a de la place pour jouer un bon coup. Le coup franc de Denzel Arthee à la 43e minute illustrait bien cette domination mais le virevoltant milieu de terrain voyait sa frappe s’écraser contre la transversale de Mugendje. Il méritait mieux sur ce coup de pied arrêté car dans la minute qui suivit, Kandjii, intenable sur le pré, se frayait un chemin dans la défense mauricienne avant de décocher une lourde frappe qui ne laissait aucune chance à Michel.

C’est donc avec cette précieuse avance que les Namibiens rentraient aux vestiaires.  De retour sur le rectangle vert, les Mauriciens, bien que menés, bénéficiaient des occasions les plus claires. Mais en l’absence d’un vrai numéro 9 devant, l’égalisation ne pouvait avoir lieu.

En fin de rencontre, les Namibiens se contentaient de gérer leur avance malgré la pression constante du Baby Club M qui perdait Casimir à la 88eminute après un deuxième carton jaune.

La Namibie, battu en phase de groupe par Maurice a donc pris sa revanche et se console également avec la médaille de bronze.

Please follow and like us: